Autres Articles

Première approche

Pour introduction, je vous conseille l’achat d’une bible incontournable : Le livre de Dominique (...)

Le faufilage

Les coutures se feront sur un tissu de coton, la popeline par sa qualité de tissage se prêtera à (...)

La teinture par noeuds

Les fils utilisés pour les ligatures sont : Le lin, le chanvre, le coton, le raphia, le (...)

Le pliage

Des raies simples. Des raies verticales, horizontales, diagonales. Des carrés pliés. La (...)

Application de la technique japonaise : Shibori

Par des applications savantes, les Japonais mettent au point une variété infinie de motifs délicats et raffinés utilisés pour la fabrication des kimonos. Ligatures, coutures, faufilages, pliages, enroulages, plissages, nouages, marbrures...

Il faut à tout prix empêcher la teinture végétale de pénétrer à l’ intérieur du tissu. Le miracle opère au fond de la cuve et à l’ ouverture des paquets enroulés, serrés entre des planchettes de bois, la surprise du résultat est totale.

Au XV siècle dans le TURKESTAN, on a trouvé dans des tombes des soies chinoises teintes avec des nœuds.
En INDE, les femmes se font pousser l’ongle du pouce pour dénouer le "Bandhami".
Au JAPON, la technique des "pois" ou "SHIBORI" consiste à plier et ligaturer l’étoffe.
Au PÉROU, dans les tombes Incas ont été retrouvé des textiles teints avec réserves, avant la conquête espagnole du XVe siècle.
Au NOUVEAU-MEXIQUE, dans l’ UTAH, en ARIZONA des tissus précolombiens teints avec la technique des nœuds sont découverts.
L’AFRIQUE très riche en applications variées, haute en couleurs compte beaucoup de régions pratiquant également ces procédés de réserves.
Il n’ y aurait que l’ EUROPE qui utiliserait peu ce genre de méthode.

mercredi 25 mars 2009, par Beatrice DERVAL